Travaux en groupe des élèves : une réponse aux problèmes d’apprentissage au Niger

15 avr 2021

 

Le Niger est à ce jour le pays le plus avancé dans le programme d’appui au pilotage de la qualité de l’éducation de l’IIPE-UNESCO Dakar. Et les résultats intermédiaires sont déjà prometteurs. La première phase de diagnostic a permis aux acteurs, à partir dune méthodologie pour lanalyse des pratiques, d’identifier des problématiques résistantes à la qualité des apprentissages. Les obstacles sont identifiés, des solutions sont désormais proposées pour les franchir.

Avec le Burkina Faso, le Madagascar et le Sénégal, le Niger fait partie des quatre premiers pays à avoir intégré le programme d’appui au pilotage de la qualité de l’éducation de l’IIPE-UNESCO Dakar. Mis en place en février 2018, le programme s’inscrit dans une démarche innovante d’accompagnement au changement. Il permet aux acteurs de diagnostiquer eux-mêmes les obstacles à une éducation de qualité et de proposer des pistes d’amélioration.

Plusieurs problématiques résistantes ont été soulevées lors de la phase de diagnostic au Niger. « Il s'agit de proposer un dispositif innovant, co-construit », explique Brian Begue, membre de l’équipe du programme. En lien avec les acteurs locaux sur le terrain et en mettant en perspectives les contraintes nigériennes, les équipes ont constaté une série de problématiques persistantes concernant le temps d’apprentissage, la gestion des classes à grands effectifs et multigrades ou bien l’attention spécifique aux élèves en difficulté.

Une proposition de solution pourrait répondre, au moins en partie, à ces diverses problématiques. L’idée est d’organiser les apprentissages en travaux de petits groupes, animé par un élève, choisi et préparé par l’enseignant. La classe, une fois scindée en plusieurs groupes, est alors constituée d’effectifs plus réduits. Les groupes organisés par niveau permettent de faire progresser les élèves en fonction de leurs capacités et de les rendre plus impliqués dans le travail. Les élèves s’engagent davantage. 

Testée actuellement à une échelle réduite, cette solution de travail en groupe pourrait à terme être intégrée aux politiques éducatives et généralisée à l’ensemble du Niger. Complexe à mettre en place, cette méthode exige des conditions que l’expérimentation en cours permet progressivement d’expliciter. L’avenir nous dira si l’application est concluante, quoiqu’il en soit, les réflexions des groupes de travail ont d’ores et déjà fait avancer les pratiques professionnelles au Niger. 

Les trois autres pays initialement impliqués dans le programme sont dans les pas du Niger et vont arriver dans la phase de proposition d’actions. Séduits par la méthodologie et les résultats intermédiaires du programme, quatre pays se sont joints récemment à l’aventure : le Burundi, le Cameroun, la Côte d’Ivoire et le Togo.

Pour en savoir plus sur le sujet, une Focus Letter est mise à votre disposition ici.

Contact : Moussa Hamani Ounteni, expert en planification et analyse institutionnelle : m.hamani-ounteni@iiep.unesco.org